Consultation à distance/Téléconsultation | Cliquez-ici pour prendre rendez-vous

Lundi au vendredi 8h-20h30 2 avenue du stade, Meythet 74000 ANNECY

NUCLEOLYSE ET NUCLEOTOMIE PERCUTANEES

par | 14 juin 2020

De nombreux patients me demandent mon avis sur ces techniques de traitement de discopathies dont les hernies discales. Certaines techniques semblent utilisées dans la région, l’idée étant de proposer un traitement plus efficace que les infiltrations et moins traumatisant que la chirurgie.

Selon De Sèze M. et co., ce qu’il faut retenir :

  • A l’heure actuelle, aucune étude n’a comparé l’effet de traitement conservateur (comme la kinésithérapie) et celui de nucléotomie/nucléolyse ainsi que de la combinaison des deux.
  • La plupart des techniques utilisant ces procédés ont été abandonnées.
  • La nucléolyse par bleu de méthylène ou prednisolone  ainsi que la nucléotomie laser restent utilisées.
  • Les rares études existantes concernent le rachis lombaire (pas thoracique ni cervical) montrent de bons résultats et méritent d’être approfondies

1e partie : Nucléolyse

La nucléolyse consiste à injecter une substance chimique au sein du disque intervertébral afin d’en dissoudre tout ou partie du noyau.

Différentes substances ont été testées :

  • Papaïne (ou chemo papaïne),
  • Hexatrione : technique abandonnée pour cause de calcifications intracanalaires pathogènes ;
  • Ozone : pas de différence significative comparativement à la microdiscectomie et aucune étude versus placebo ;
  • Alcoolique : une étude rétrospective sur 113 patients à révélé 98% de bons résultats pour tous types de discopathie sans effet secondaire mais une crainte de fuite épidurale avec un produit non radio-opaque limitant son utilisation ;
  • Bleu de méthylène : « Cette technique s’appuie sur étude multicentrique menée en double insu incluant 72 patients sélectionnés de manière drastique. Avec un recul de deux ans, l’évolution rapporte des diffférences étonnantes en termes d’intensité de douleur, d’incapacité et de satisfaction vis-à-vis du traitement. Cette technique repose sur un effet toxique de bleu de méthylène sur la néo-innervation discale ; elle mérite certainement de plus amples investigations »
  • Acétate de prednisolone : semble indiqué dans les discopathies de type Modic I.

2e partie : Nucléotomie

La nucléotomie est définie par une cavitation (phénomène de vaporisation) partielle du nucleus pulposus par des moyens physiques (aspiration ou vaporisation) à l’aide d’une fibre laser ou de radiofréquence, afin de diminuer la pression intradiscale.

Les différentes techniques de nucléotomie testées :

  • Aspirative : technique abandonnée pour cause de résultats inférieurs aux autres
  • Laser : Saisie de l’HAS en octobre 2005 qui conclue à un défaut de preuve d’efficacité devant un manque d’étude contrôlée et comparative à d’autres traitement ;
  • Par coblation (Arthrocare) : désintégration du noyau induite par radiofréquence bipolaire, semble procurer un meilleur soulagement de la douleur radiculaire et une diminution significative du nombre d’interventions thérapeutiques complémentaires médicales ou chirurgicales. La faisabilité est limitée par l’entrainement de l’opérateur.

On rappelle que le traitement conservateur reste fortement recommandé en 1e intention avec des exercices adaptés comme préconisés dans la méthode Mc Kenzie dispensée au cabinet.

Photo by abyss on Unsplash